Login

Signup

Posted By

FITIMA célèbre la Journée Internationale de la santé avec le Pr Cissé sur les IMOC!

7 avril 2018 | 0 Comments

INFIRMITE MOTRICE D’ORIGINE CEREBRALE (IMOC)

Pr Cissé Fodé Abass

L’infirmité motrice cérébrale (IMOC) regroupe des troubles moteurs prédominants
et non évolutifs dus à une lésion cérébrale prénatale, périnatale ou postnatale
précoce, pouvant s’accompagner d’atteintes sensorielles et d’atteintes partielles
des fonctions supérieures à l’exception d’une déficience intellectuelle.
Le terme infirmité motrice d’origine cérébrale (IMOC) a été introduit pour
représenter les formes d’IMC associées à un retard mental.
Cette définition exclut les troubles progressifs de la fonction motrice, définis par
la perte de compétences acquises durant les 5 premières années de vie.
L’IMOC touche environ 2 à 2,5 enfants pour 1.000 naissances dans le monde. En
Afrique, cette pathologie reste encore mal connue par les médecins et personnels
médico-sanitaires ; il existe très peu données, généralement issues de séries
hospitalières.
Les facteurs de risque de survenue d’une IMOC chez l’enfant peuvent être des
facteurs intrinsèques (prématurité, très petit poids de naissance, retard de
croissance intra-utérin, sexe masculin, enfant issu de grossesse multiple
hypertension gestationnelle, infection durant la grossesse, hypoxie à la naissance),
témoins d’une pathologie maternelle et/ou fœtale, ou des facteurs extrinsèques,
reflets du mode de prise en charge en période pré ou périnatale.
Elle se caractérise par une infirmité motrice s’accompagnent souvent de troubles
sensoriels, perceptifs, cognitifs, de troubles de la communication et du
comportement, d’épilepsie et de problèmes musculo-squelettiques secondaires.
Ces enfants seront « handicapés » toute leur vie, entraînant une charge financière
lourde pour leur famille et la société. Pour la moitié d’entre eux, ces enfants vivent
en famille ; mais ils ne seront pas le plus souvent autonomes à l’âge adulte. Pour
l’autre moitié, ces enfants vivent en établissement spécialisé dès leur plus jeune
âge.
L’objectif de la PEC est d’amener l’enfant à l’âge adulte dans une situation
médicochirurgicale et psychique stabilisées voir améliorées selon des axes de
traitements codifiés :
– L’éducation thérapeutique doit débuter précocement avec pour but essentiel
de développer au maximum les capacités restantes de l’enfant et, si possible,
de développer des suppléances aux fonctions défaillantes. Elle sera assurée par
des techniques rééducatives : kinésithérapie, ergothérapie, psychomotricité,
orthophonie, orthoptie, selon les besoins.
– Une prévention des attitudes vicieuses et des déformations orthopédiques doit
être mise en œuvre.
– L’éducation et scolarisation doivent être adaptées aux possibilités réelles de
l’enfant, pouvant mettre en œuvre des techniques d’apprentissage spécifiques
L’évaluation de la prise en charge et des soins pour ces enfants doit être une
priorité, allant jusqu’à l’appréciation de la qualité de vie des enfants avec IMOC.
Pour ce faire, la recherche multidisciplinaire est à renforcer.

Share Button