Témoignages | Témoignages – FITIMA
Menu

Témoignages

Ibrahima Sory, 28 ans

 20151028_123451Comment as-tu connu le centre FITIMA, et de quoi as-tu bénéficié ?

Suite à plusieurs chutes à répétition, les médecins ont découvert que je souffrais d’une méningite; j’ai dû arrêter mes études d’informatique/ bureautique puis j’ai découvert Fitima, qui est une ONG qui s’occupe de personnes en situation de handicap. En 2011, j’ai bénéficié d’une prise en charge en kinésithérapie (séances de rééducation). En 2014, j’ai arrêté mes séances de kiné,  car il y avait des améliorations très visibles sur ma mobilité, et je ne faisais plus de chutes !

Que fais-tu aujourd’hui ?

Je travaille dans le centre FITIMA Guinée en tant qu’assistant éducateur du lundi au vendredi. J’aide les éducateurs spécialisés dans la prise en charge des enfants en situation de handicap. J’ai repris ma formation en informatique à domicile, car j’arrive à nouveau à mémoriser mes cours comme avant.

Que ressens-tu, à l’idée d’aider à ton tour les enfants en situation de handicap ?

Ça me remplit de joie de travailler avec les enfants ! Et d’aider les autres !

Quel est ton projet pour l’avenir et quel est ton mot de fin ?

J’aimerais reprendre des études en Génie informatique.

Je remercie le centre FITIMA d’avoir pris soin de moi, dans les moments difficiles de ma vie.

 

 Kerfala S. père de Mah, prise en charge au centre FTIMA Guinée

  20151028_124403Pouvez-vous nous expliquer la situation de votre fille avant d’arriver à FITIMA?

Mon fille Mah était sérieusement malade, sa maladie s’est manifestée à l’âge de 3 ans. Elle a une infirmité motrice cérébrale (IMC), elle n’arrivait pas à s’asseoir, à parler et faisait beaucoup de chutes. Je suis venu à FITIMA, j’ai été bien accueilli et Mah a commencé très rapidement des séances de kinésithérapie, de psychomotricité et d’orthophonie.

Qu’est-ce que FITIMA a apporté à votre fille ? Quelles sont les améliorations constatées ?

Ma fille bénéficie de séances de kinésithérapie, d’orthophonie et du programme d’éducation spécialisée. Actuellement, elle peut s’asseoir, boire et manger toute seule, manipuler la télévision. C’est à FITIMA Guinée qu’elle a commencé à prononcer ses premiers mots.

A quel âge, a-t-elle commencé l’éducation spécialisée ? 

A l’adolescence. Sa mobilité et son langage se sont améliorés ; et sur le plan relationnel, il y a une nette évolution car elle joue désormais avec sa fratrie. Elle a accepté son handicap.

Quel message voulez vous transmettre aux parents ayant un enfant souffrant de handicap ?

Je remercie le centre FITIMA pour la prise en charge de ma fille. Je lance un appel à tous les Guinéens, à tous ceux qui ont des enfants situation de handicap, qui ont des problèmes de motricité afin de les envoyer dans le centre FITIMA Guinée.  Laisser des enfants malades à la maison constitue un vrai isolement pour eux. Dans le centre, les enfants sont dans un milieu adapté et en activité avec d’autres enfants et cela facilite des liens de fraternité tout en améliorant leur état de santé.

Share Button