Activités Génératrices de revenus (AGR) pour les femmes, FITIMA Burkina

RAPPORT SUIVI-EVALUATION AGR FITIMA

Trois mois après le lancement officiel des Activités Génératrices de revenus (AGR) du « pôle  Développement communautaire » de FITIMA Burkina, l’équipe de suivi-évaluation a repris de service ce lundi 07 Mars 2017. Au total, cinq bénéficiaires ont été visités à l’occasion. Intervenant dans différents domaines d’activités, chaque femme a fait cas de l’état d’avancement de son projet au cours de la visite. La première femme du nom de BA Aissata, résidant à la trame d’accueil nous a présenté  son activité, les avantages liés à l’obtention de l’aide et les difficultés rencontrées. Madame BA a ouvert une boutique devant sa concession familiale où elle arrive à approvisionner les habitants du quartier.

BA Aissata avec le coodinateur lors de la visite.

Quant à notre deuxième bénéficiaire, résidant à Balkyui, un quartier situé à quelques kilomètres du centre de FITIMA,  elle s’est lancée dans la vente de «dèguè » qu’elle livre dans les écoles et boutiques. BITIENGA Safiatou puisque c’est d’elle qu’il s’agit avoue avoir une bonne clientèle et rencontre peu de difficultés liées à son activité. La seule difficulté réside au niveau de la conservation (cette dernière ne possède pas de congélateur).

Notre troisième bénéficiaire, du nom de ZONGO Téné résidant à Kouritenga, s’est intéressée au métier de tissage. Son activité consiste à la confection et à la vente de pagnes traditionnels. Tout se passe bien pour elle surtout avec l’approche des fêtes de fin d’année où elle dit recevoir une plus grande clientèle.

ZONGO Téné en compagnie de l’équipe de FITIMA

Au quartier Trame d’accueil toujours, nous avons assuré le suivi de l’activité de KAMBIRE Yéri Micheline qui est vendeuse de brochettes, aloco et frites. Elle reçoit une importante clientèle composée principalement d’élèves des établissements secondaires, venant spécialement en acheter vue la qualité et la bonne hygiène présentée.

KAMBIRE Yéri Micheline devant son commerce

Notre dernière visite a été celle de KERE Nalébé, qui a investi son capital dans la vente de légumes. Elle s’est installée aux abords de la voie bitumée où elle exerce son commerce tous les soirs.

En conclusion, l’on pourrait d’une manière générale dire que les objectifs fixés par FITIMA qui est d’apporter une aide financière aux mamans des enfants pris en charge afin de les rendre autonomes financièrement sont atteints.