Après deux années passées au service de FITIMA Guinée en tant que Coordinateur Pays, Dr Gérès Ahognon passe le flambeau à Mariama Dalanda Bah, qui vient renforcer la dynamique équipe de FITIMA Guinée, féminine à 95 %.

Titulaire d’un MBA en Gestion Internationale de l’Université Laval de Québec, Dalanda a d’abord obtenu une licence en Administration des Affaires (Gestion) à l’université Mohamed V du Maroc. Elle a commencé son expérience professionnelle en Guinée où elle a travaillé pour le département Finance & Comptabilité de Vivo Energy Guinée (Shell). Après celle-ci, elle décide d’aller poursuivre ses études au Canada, un parcours après lequel elle connaît des expériences professionnelles en tant que Chargée de Programme pour le Ministère de l’Agriculture du Québec et le Ministère du Revenu.

Quelles sont les motivations qui vous ont conduites à travailler avec FITIMA Guinée ?

Après une dizaine d’année d’expérience au sein du secteur privé et gouvernemental, j’ai senti comme un besoin de plus servir les personnes vulnérables. De ce fait, en rentrant en Guinée, j’ai décidé de me rendre utile à ma société en travaillant pour des structures qui œuvrent dans ce domaine. Alors, quand j’ai vu l’offre de FITIMA Guinée pour ce poste de Coordinatrice Pays, j’ai tout de suite postulé car elle correspondait exactement à ce je voulais faire : contribuer à l’amélioration de la qualité de vie des personnes vulnérables.

Intégrer FITIMA Guinée est pour moi l’occasion d’allier mes compétences en gestion de projets à ma nouvelle vocation.

Quels sont vos objectifs dans les mois à venir ?

Tout d’abord, j’ai à cœur de m’intégrer à l’équipe déjà en place, m’assurer que tout fonctionne bien à FITIMA au jour le jour, accomplir la mission qu’on s’est fixé, et respecter nos engagements vis-à-vis des parents des enfants en situation de handicap que nous prenons en charge.

Pour les mois à venir, je prévois mettre le focus sur des partenariats qui apporteront à FITIMA plus de solidité financière grâce à laquelle nous pourrons sereinement pérenniser nos activités. Je suis persuadée que nous allons réussir car nous faisons déjà quelque chose de fantastique dans un domaine d’activité isolé. Avec une meilleure communication, nous atteindrons des personnes qui sont prêtes à aider mais qui demandent juste à s’assurer de remettre les fonds à des structures sérieuses.

Toute l’équipe est au taquet, dès le début de la nouvelle année, nous irons sur le terrain présenter FITIMA et ses réalisations pendant ses 17 années d’existence, et trouver de nouveaux accompagnements pour la bonne réalisation de nos activités.