Si j'ai décidé de devenir marraine d'un enfant en situation de handicap c'est par conviction à savoir que tout enfant a le droit d'être aimé et protégé, handicapé ou pas. Étant moi-même handicapé moteur, séquelles d'une poliomyélite contactée à l'âge de 2 ans, je suis plus à même de savoir ce qu'il faut faire pour ces enfants, parce qu'ils sont avant tout des enfants. Il faut les aimer et les aider à oublier leur handicap en les traitant comme des enfants à part entière et c'est ce qu'ils sont. Je vais vous raconter une histoire qui m'a marqué et a beaucoup influencé ma perception de la vie voire ma personnalité. J'ai été élevée par ma grand-mère qui était une jeune veuve. Elle me disait que je dois faire toutes les corvées comme les autres parce que quand nous mangeons dans le même plat, je ne me lève pas au milieu du repas et dire aux autres ceci : ‘‘Écoutez, moi j'arrête comme ça parce je n'ai qu'une jambe, donc je mange pour une jambe. Conclusion tu manges pour deux jambes, alors tu vas travailler pour d'eux jambes’’ Je n'ai jamais eu de traitement spécial, ce qui m'a enlevé dès mon jeune âge tout complexe d'infériorité. C'est pourquoi, je veux que tout enfant handicapé soit aidé à gérer son état et vivre épanoui comme tout enfant.

Aissatou Boly DIALLO

Marraine

C’est par l’intermédiaire de ma fille, qui travaillait à Conakry, que j’ai rencontré Hawa Dramé et sa fondation FITIMA. Je suis en contact avec beaucoup d’associations en Afrique, mais FITIMA a été pour moi une sorte de révélation. Contribuer, même modestement, à prendre en charge ces enfants totalement démunis et reconnaissants, est un acte plein de sens. Prendre en charge ces enfants n’est pas une tâche aisée. Cela nécessite expertise, professionnalisme, détermination, constance et temps, ce que Hawa Dramé a su mettre au service de ses protégés. Le projet de FITIMA s’inscrit dans la durée, celle dont a besoin ces enfants. Je souhaite longue vie à FITIMA.

Christophe BERTRAND

Parrain

C’est sur les conseils avisés de ma tante que j’ai décidé de venir en aide aux enfants en situation de handicap en devenant marraine d’un enfant de FITIMA. De plus j’ai pris conscience que nous n’avons pas tous les mêmes chances mais que cela ne doit pas nous condamner. Alors c’est important que ceux qui ont les moyens aident ceux qui en ont besoin pour leur redonner le sourire et une chance de pouvoir s’épanouir dans la vie.

Aissatou Baldé

Marraine
Translate »
YouTube
LinkedIn
LinkedIn
Share
Instagram