FITIMA Burkina a organisé ce samedi 19 juin, une séance de sensibilisation sur les handicaps moteur, sensoriel, mental et de développement intellectuel. Au cours de cette dernière, le Dr Sylvain Ouédraogo, invité par la fondation, a expliqué les distinctions entre ces différents handicaps : le handicap moteur, par exemple, désigne un ensemble de troubles qui entraînent une perte totale ou partielle de motricité. Ces troubles peuvent être la conséquence d’une anomalie génétique, d’un traumatisme, d’un accident …

.

 

Il convient également de ne pas confondre handicap mental, cognitif et psychique : le handicap mental peut se définir comme la conséquence d’une déficience intellectuelle variable.

 

Le handicap cognitif, quant à lui, est la conséquence d’un dysfonctionnement des fonctions cognitives qui peut survenir pendant la période prénatale, la petite enfance, ou à l’âge adulte (conséquence d’un accident vasculo-cérébral, d’un traumatisme crânien …). Le handicap cognitif n’implique pas de déficience intellectuelle mais des troubles de l’attention, de la mémoire, du langage …

 

Le handicap psychique est lui la conséquence de troubles psychiques (ou maladies mentales – schizophrénie, troubles dépressifs, bipolaires, anxieux..) invalidantes. Il n’implique pas non plus de déficience intellectuelle mais peut se caractériser par des difficultés relationnelles.

 

 

Comprendre ces distinctions est capital pour la prise en charge optimale de nos enfants et l’adaptation de nos méthodes. Le Dr Sylvain Ouédraogo a d’ailleurs insisté sur le rôle des parents et des professionnels paramédicaux dans la prise en charge.

 

 

Un grand merci au Dr Sylvain Ouédraogo pour sa disponibilité, aux familles, à l’Association Pôle Handicap Ressource (PHARE), et enfin au personnel du Centre de Santé et de Promotion Sociale de la Trame d’Accueil d’avoir été des nôtres.