La Fondation Orange Guinée œuvre pour un accès à l’éducation et la santé égales pour tous.                                                La Fondation internationale TIerno & MAriam (FITIMA), s’est donnée pour mission l’amélioration de la qualité de vie des personnes en situation d’handicap (notamment les enfants) en leur assurant une prise en charge médicale, paramédicale et socio-éducative et œuvrer pour les communautés.

Pour un meilleur accompagnement des bénéficiaires, les deux ONG ont décidé de mutualiser leurs efforts en signant une convention qui entend mobiliser les moyens et ressources nécessaires pour la prise en charge médicale et socio-éducative des enfants vivant avec handicap.

Cette prise en charge se traduira pour la FOG par une subvention qui sera consacrée à enrichir les programmes d’éducation spécialisée que propose FITIMA aux enfants. Elle sera aussi consacrée à améliorer la compréhension du public sur les différentes formes de handicap et par là, les rassurer sur les différentes prises en charge qui existent.

C’est dans ce cadre que, ce 6 Octobre 2021 au Centre FITIMA Guinée- a eu lieu le lancement de la formation en langage des signes, formation qui vient enrichir le programme d’éducation spécialisée du centre.

Cette formation est la 1ère d’une longue liste d’activités subventionnées par la FOG au profit de cette couche sensible.

Parmi celles à venir, FITIMA annonce entre autres : une sensibilisation digitale et communale sur le handicap pendant les mois de Novembre et Décembre prochains afin de permettre aux communautés de comprendre le handicap, et éliminer les paradigmes autour de lui, une sensibilisation au profit des collaborateurs d’Orange Guinée et de quelques écoles de la Capitale.

Et parce que le droit des enfants à l’éducation et la santé est une obligation que chacun doit veiller à respecter, la FOG et FITIMA entendent bien pérenniser leur partenariat afin que les enfants- vivant avec un handicap physique ou psychologique- puissent être pris davantage pris en charge pour sortir de l’isolement dans lequel ils se trouvent trop souvent.